Archives du blog

Björk sort le premier « album app »

Les Qwartz, Prix Internationaux des Musiques Nouvelles n’attribuent pas des Prix d’Honneur pour la notoriété des personnes choisies, mais pour leur créativité et ce qu’elles ont apporté ou apportent encore au monde des arts.

Björk Gudmundsdöttir, Qwartz d’Honneur, a lancé fin septembre 2011 le premier album app, un album application pour les terminaux mobiles d’Apple.

Biophilia

Biophilia de Björk: le 7 mars 2013 rencontre-débat autour des outils numériques organisé par l’IRCAM.

Avec la participation de:

Curver Thoroddsen (directeur du programme éducatif Biophilia, Reykjavik),
Andrew Gerzso (directeur du département pédagogie et action culturelle de l’Ircam),
Arshia Cont (directeur du département interfaces recherche/création à l’Ircam)

Capture d’écran de l’application

Biophilia est le nom de cette nouvelle création de l’artiste. L’application éponyme est déjà disponible gratuitement sur l’Apple Store.  Et chaque titre sera vendu 1,59€.

Configuration requise : Compatible avec l’iPhone 3GS, l’iPhone 4, l’ iPod touch (3e génération), l’iPod touch (4e génération) et l’iPad. Nécessite iOS 4.1 ou une version ultérieure.

Matthew Herbert, Qwartz d’Honneur 2011, est co-producteur sur 2 titres de Biophilia.

Björk, innove et crée une rupture avec le CD, qu’elle déclare ne plus vouloir utiliser pour vendre sa musique. Elle a des moyens, certes, car ce sont 200 000 USD qui ont été investis dans les développements techniques et artistiques de cette oeuvre. Des éditions digipack très limitées sont néanmoins produites.

Cet album app, composé de dix in-apps ouvre la voix d’une nouvelle catégorie de Qwartz. Il y a six années déjà, le label japonais minusN-net label avait inventé la pochette de disque animée par des mini court-métrages en flash de 30 secondes.

Avec Biophilia, Björk a fait de la R&D avec une équipe de scientifiques, de spécialistes de la lutherie électronique, d’artistes et de développeurs.

C’est l’ouvrage Musicophilia: La musique, le cerveau et nous d’Oliver Sacks qui a le plus influencé le travail de Björk. Même si elle emprunte le nom de son album au philosophe et psychologue allemand Erich Seligmann Fromm.

Elle a fait appel à M/M, Luc Barthelet, Touch Press, Scott Sona Snibbe, Max Weisel, TBC et Drew Berry pour réaliser cette oeuvre numérique.

Max Weisel est le développeur de l’app Soundrop. Une application intéressante dans son principe. Mais son fonctionnement est limité et assez approximative même en version pro.

Scott Sona Snibbe a, quant à lui, produit l’app Gravilux, en hommage à la machine luminocinétique Clavilux de Thomas Wilffred. Scott propose aussi l’app Bubble harp, une oeuvre d’art interactive pensée comme une musique visuelle.

Il n’est pas étonnant que Björk se dirige vers une interprétation scientifique de la musique.

L’ album app est-il un nouveau souffle pour l’industrie musicale? Bien que ce soit aussi une manière de limiter la copie illégale, dixit Björk, c’est un format qui présente l’intérêt de proposer un ensemble de médias. Une oeuvre global media en quelque sorte.

Notons aussi que le doctorant Andy Cavatorta, du Massachusetts Institute of Technology, a été sollicité par Björk pour produire et assujettir à son iPAD un certain nombre d’exemplaires de l’étonnante Gravity Harp pour jouer sur le titre Solstice.

Il serait très intéressant que Björk se penche aussi sur les travaux des chercheurs Mohammad Majid al-Rifaie et Ahmed Aber pour ses prochaines in-apps.

Artificial Intelligence, Physiology, and Art. Qwartz TV

Trois journées de conférence sur l’Intelligence Artificielle, la Physiologie et l’Art ont eu lieu à l’Université Américaine de Paris. Le Doctorant en Intelligence Artificielle et Intelligence Collective, Mohammad Majid al-Rifaie [Goldsmiths, University of London], et le Docteur Ahmed Aber, historien de la Médecine et  praticien au  Royal Free Hospital in London, répondent aux questions de Federico Ruiz pour Qwartz TV.

Ce premier volet du Qwartz Media Lab présente un projet qui explore l’écriture artistique de l’intelligence collective et plus précisément de l’intelligence de l’essaim.

%d blogueurs aiment cette page :